background

Ingénieur en paysage

Au service d'un développement durable des territoires, l'ingénieur paysagiste est un spécialiste de l'aménagement des espaces publics et du projet de territoire. De la conception à la réalisation, il crée des projets de paysage en fonction des données scientifiques, techniques, économiques et humaines imposées par l'environnement.

 

Apte à entreprendre, créer, innover, il exerce ses compétences, en France ou à l'international, tant dans le secteur privé (agences, bureaux d'études, entreprises de réalisation) que dans les secteurs publics ou parapublics (collectivités territoriales, Etat, organismes publics de services).

 

Cette formation est dispensée sur le campus d'Angers.

 

Admissions

En formation initiale à temps plein, l'admission se fait en L1 et L2 par concours direct et en L3 par les concours nationaux agro-véto (A, B, C, C2).

En fonction des modalités de recrutement, l'élève-ingénieur intègre un cursus construit sur 3 ou 5 ans.

En recrutement post-bac (L1), AGROCAMPUS OUEST adhère à la procédure nationale Admission post-bac (APB).

En formation initiale par apprentissage, l'admission se fait en L3 par le concours national Apprentissage.

L'élève-ingénieur intègre un cursus construit sur 3 ans.

Toutes les modalités d'admission en détail

Cursus

Recrutement concours directs en L1, L2

Cursus en 5 ans

3 ans de formation et 2 ans de spécialité

Objectifs

L1 - l'élève-ingénieur suit une formation pratique : une série de sorties sur le terrain favorise la compréhension des relations entre la plante et son environnement et les jardins d'application de l'école permettent aux étudiants de s'exercer à la conduite de projets pratiques en horticulture et en paysage de la conception à la réalisation.

L3 - l'élève-ingénieur s'approprie les outils et les concepts nécessaires à l'exercice du métier d'ingénieur du végétal avant de choisir sa future spécialité.

M2 - Devenir spécialiste

L2 - Année axée sur la culture de l'entreprise : ouverture à des enseignements en économie, sociologie, comptabilité et mise en situation pratique (stage « immersion » en entreprise de 3 mois).

M1 - Acquérir une expertise dans le domaine de l'aménagement et de l'ingénierie des paysages.

Recrutement concours Agro-Véto

Cursus en 3 ans

1 an de formation et 2 ans de spécialité

Objectifs

L3 - les élèves-ingénieurs sont mis en situation pré-professionnelle et se confrontent aux réalités techniques, économiques et sociales du métier d'ingénieur végétal.

M2 - Devenir spécialiste.

M1 - Acquérir une expertise dans le domaine de l'aménagement et de l'ingénierie des paysages.

Recrutement concours Apprentissage

Apprentissage

3 ans de formation en alternance et rémunérés

Objectifs

50% du temps en entreprise et 50% en école - CDD de 3 ans

M1 et M2 -2e et 3e année de spécialité : Opérationnalité, professionnalisation et responsabilisation du métier d'ingénieur en paysage

L3 - 1 an de formation scientifique

Les 8 parcours de spécialisation

Le choix d'une spécialisation en dernière année (M2) permet de cibler des domaines dont les étudiants deviennent des spécialistes.

En cohérence avec les attentes des employeurs et les besoins du secteur, l'enseignement du M2 est organisé autour de 8 spécialisations dont 5 sont proposées par AGROCAMPUS OUEST en propre et 3 sont couplées à un master cohabilité avec des universités partenaires.

Chaque spécialisation comporte un stage de fin d'études (6 mois) qui donne lieu à la soutenance du mémoire d'ingénieur.

01 Ecologie et éco-ingénierie des zones humides

01 Ecologie et éco-ingénierie des zones humides

Ecologie et éco-ingénierie des zones humides

(Parcours EEZH • Master mention Géographie, aménagement, environnement et développement co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST et l’université d'Angers)

Les zones humides sont des milieux à la fois naturels et régulièrement transformés sous l'action de l'homme. Elles représentent donc de très forts enjeux situés à l’interface des problématiques d’aménagement du paysage et de conservation de la biodiversité.

Ce parcours vise à développer une double compétence en écologie et géographie, pour répondre à ces enjeux environnementaux. À partir de compétences spécifiques à ce type d'habitat, cette formation forme ainsi des professionnels capables de répondre aux attentes d’expertises pour des démarches de diagnostic de milieux, d’évaluation des impacts, de gestion des zones humides et d’aménagement du paysage.

02 Génie de l'environnement

02 Génie de l'environnement

Génie de l'environnement

Cette spécialisation forme à l'ingénierie environnementale des espaces ruraux et des ressources naturelles (eau, sol), en particulier lorsque les activités agricoles sont concernées.
L'originalité de cette spécialisation tient à l'intégration des sciences sociales et des sciences appliquées à l'agronomie et à l'environnement, afin d'aborder les questions environnementales dans leur globalité.
• option Préservation et aménagement des milieux - écologie quantitative
• option Agriculture durable et développment territorial
• option Sol, eau, hydrosystèmes

03 Ingénierie des espaces végétalisés urbains

03 Ingénierie des espaces végétalisés urbains

Ingénierie des espaces végétalisés urbains

Conjointe à AGROCAMPUS OUEST et AgroParisTech, la spécialisation Ingénierie des espaces végétalisés urbains forme des professionnels du végétal aptes à répondre aux problématiques émergeantes de l'aménagement des villes d'aujourd'hui et demain : Comment rendre la ville plus acceptable d’un point de vue environnemental ? Comment rendre l’environnement urbain plus confortable pour l’humain ?

À l'issue de la formation les élèves-ingénieurs ont acquis une très bonne connaissance des écosystèmes urbains et ils sont capables sur un projet d'aménagement :
• d’identifier l’importance du végétal en ville par ses différents services écosystémiques (fonctions, usages) et ses bénéfices,
• d'accompagner la gestion du végétal, destiné à « vivre » en ville, tout au long de son cycle de vie.

La spécialisation s'organise en 3 options :
• Innovations végétales urbaines (IVU)
• Agriculture urbaine (AU)
• Gestion durable des espaces végétalisés urbains (GDEVU).

 

04 Paysage, environnement, participation, société

04 Paysage, environnement, participation, société

Paysage, environnement, participation, société

(Parcours PEPS • Master mention Géographie, aménagement, environnement et développement co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST et l’université d'Angers)

Ce parcours met l'accent sur la nécessité de comprendre par l’analyse des paysages les dynamiques actuelles d’écologisation des territoires (politiques publiques, projets…). Autour de ces enjeux, la place importante d’études environnementales orientées processus biophysiques et techniques (études d’impacts, …) conduit généralement à penser l’environnement de manière normative et à négliger les analyses sur les représentations et les usages des acteurs.

Ainsi ce parcours aborde les dimensions sociales et relationnelles des projets de paysage : relations et mobilisation des acteurs, gestion des situations potentiellement conflictuelles qui peuvent émerger de conflits d’intérêts, d’usage, de conception et de perception, gestion de l’information.

05 Paysage : opérationnalité et projet

05 Paysage : opérationnalité et projet

Paysage : opérationnalité et projet

Cette spécialisation a pour objectif de former des ingénieurs paysagistes capables d’intervenir sur les phases opérationnelles des projets de paysage et d’aménagements paysagers.
Ils travaillent sur des projets à l’échelle du site : espaces publics, jardins privés ou de particuliers.
Concevoir, chiffrer, coordonner, manager sont les maîtres mots qui définissent ses activités.

À l’issue de la spécialisation, les étudiants sont en mesure de :
• concevoir un projet (approche végétale, technique et financière renforcée),
• rédiger un dossier de consultation des entreprises (DCE),
• analyser les offres des entreprises sur la base de critères prédéfinis,
• être en mesure de suivre la réalisation du chantier (maitrise d’œuvre),
• élaborer une réponse à un appel d’offre versus entreprise (mémoire technique, offre chiffrée),
• coordonner les travaux,
• comprendre les leviers d’actions pour améliorer la rentabilité des entreprises,
• savoir manager des équipes. 

06 Politiques et marchés de l'agriculture et des ressources

06 Politiques et marchés de l'agriculture et des ressources

Politiques et marchés de l'agriculture et des ressources

Cette spécialisation forme à l'analyse économique des marchés, des comportements des acteurs et des politiques publiques dans les domaines de l'agriculture, la mer, l’environnement et l’alimentation.
Destinée aux étudiants concernés par le développement économique au Nord et au Sud, l'environnement et la gestion durable des ressources naturelles ou encore la gestion des marchés agricoles, physiques et financiers, cette spécialisation inclut la formation aux techniques quantitatives et de modélisation économique et bio-économique ; elle propose une initiation à la réflexion et à l'argumentation éthiques.

07 Projet de paysage, site et territoire

07 Projet de paysage, site et territoire

Projet de paysage, site et territoire

Cette spécialisation a pour objectif de former des ingénieurs paysagistes capables d’intervenir sur les phases pré-opérationnelles et opérationnelles des projets de paysage et d’aménagements paysagers. Ils travaillent sur des projets d’aménagement d’espaces publics et privés à des échelles d’interventions complémentaires (du territoire au site).
Planifier, concerter, diagnostiquer, concevoir sont les maîtres mots qui définissent ses activités.
À l’issue de la spécialisation, les étudiants sont en mesure de :
• appréhender la complexité dans le cadre d’un projet réel d’envergure,
• intégrer du végétal dans un projet,
• élaborer des plans de gestion à différentes échelles,
• comprendre les grandes évolutions paysagères à travers un regard interdisciplinaire,
• se positionner dans une équipe pluridisciplinaire,
• mettre en œuvre et évaluer les politiques publiques du paysage,
• contribuer à l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) et se positionner en maître d’œuvre.

08 Télédétection, environnement

08 Télédétection, environnement

Télédétection, environnement

(Parcours TELENVI • Master mention Géographie, aménagement, environnement et développement co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST et l’université de Rennes 2)

Ce parcours offre une double compétence en agronomie et géo-informatique qui permet de coordonner la production, l'utilisation et la diffusion de données spatiales, de mettre en œuvre des méthodes de traitement d'information spatiale, de développer un système d’information et de gestion de données géographiques et de conduire des projets au sein d'équipes pluridisciplinaires.

En savoir plus

 

Portraits d'étudiants

Martin Bédier 

Martin, le paysage de demain

Quand les étudiants en architecture et paysage s’associent pour penser le cadre de vie de demain.

Martin Bédier, est diplômé depuis 2016 de la spécialisation maîtrise d’œuvre et ingénierie du cursus paysage à AGROCAMPUS OUEST. Entré à l’école en post-bac, il se spécialise au fur et à mesure de son parcours vers la conception paysagère notamment grâce à son stage de master 1 dans l’agence Breimann & Bruun Landschaftsarchitekten (Hambourg) ou encore lors du stage de fin d’étude dans l’agence BASE (Paris).

Au fil de l'eauEn 2015, Martin travaille en collaboration avec Martin Painsar, étudiant de l'École nationale supérieure d'architecture de Paris Belleville pour imaginer, le futur quartier flottant de Nantes, "Aux rythmes de l'océan". Leur projet, séduit et remporte 2 prix : le 3e prix du « Concours international d'idées Naturapolis 2015 » et le 1er prix du « Concours d'Architecture de la Fondation d'Entreprise Bénéteau 2016 ».

Leur idée ? Penser des habitations sur pilotis connectées par des passerelles rejoignant les bâtiments, toits et ou terrasses végétalisés et créant la rencontre entre les hommes et la nature. Rythmés par les saisons et marées, ces habitats, d’un genre nouveau, prendront vie au gré de la Loire et des saisons. Au-delà de la proposition d’habiter et de vivre différemment, ce quartier peut être une solution pour désengorger la ville et éviter les contraintes des risques naturels : les inondations, les crues, les glissements de terrain, le réchauffement climatique, la montée des eaux…

« C'est à travers le concours "Naturapolis, inventer l'habitat du futur" que tout a débuté. Martin Painsar, étudiant en architecture, et moi-même avons décidé de nous associer afin de réfléchir ensemble à un projet commun. Il s'agissait d'ancrer notre projet sur un site existant. Etant tous les deux originaires de Nantes, c'est tout naturellement vers cette ville que nous nous sommes tourné. Le village de Trentemoult, situé en zone péri-urbaine soulevait beaucoup de questions intéressantes en lien avec le concours, notamment en termes de montées des eaux et d'aménagement de nouveaux modes de vies » explique Martin Bédier.

Habitats sur pilotisA la suite du concours Naturapolis et pour répondre aux exigences du concours Bénéteau, le projet a évolué en terme de conception architecturale des logements et de densité des structures flottantes. « Nos deux disciplines se croisent à la perfection de manière à faire évoluer et concevoir ce projet sous tous les angles. Nos compétences sont diverses et se conjuguent pour essayer de répondre aux enjeux architecturaux, paysagers, environnementaux... ».
Le projet pourrait sortir des croquis pour se réaliser. « La Maire de Nantes, Johanna Rolland, nous a fait part de son intérêt pour le projet. Nous avons ainsi rencontré Nantes Métropole afin d'échanger et de mesurer la faisabilité du projet. » précise le paysagiste-concepteur.
Un coup de pouce non négligeable pour débuter sa vie professionnelle. « D'un point de vue personnel, ces différents concours sont une manière de mettre à l'épreuve les compétences acquises au cours de nos études, de rencontrer d'autres étudiants et des professionnels, de croiser les disciplines et ainsi élargir notre champ de vision. Ils permettent également de proposer de nouvelles visions d'aménagement et d'amener de nouvelles réflexions sur des sujets actuels. Ces concours sont de formidables tremplins qui permettent de se faire connaître, de faire connaître notre travail ainsi que d'élargir nos relations dans les domaines de l'architecture et du paysage » conclut Martin.

 Emmanuel

Emmanuel végétalise sa vie

Il ne pensait pas faire des études longues mais a gravi peu à peu les marches de la réussite.
De l’aménagement paysager à la végétalisation urbaine, parcours d’un étudiant méritant.

Quand il parle de son parcours, Emmanuel est à la fois humble et fier. Humble lorsqu’il annonce sans détour être entré par la petite porte. A l’issue de sa 3e, peu intéressé par la filière générale, il choisit la voie professionnelle et s’oriente vers un BEP en aménagement paysager dans un lycée horticole à Orléans. Fier, quand après un bac STAV et un BTS dans le même domaine, il réussit le concours d’entrée en 2e année du cursus ingénieur en horticulture-paysage d’AGROCAMPUS OUEST à Angers et poursuit 4 années supplémentaires d’études occupées à 200%.
« Je ne m’imaginais pas faire tout cela en 4 ans ! Je me suis beaucoup attaché à l’école et cela va être dur de partir » confie-t-il, un brin nostalgique.

Persévérance et engagement, les secrets de la réussite

Emmanuel possède deux forces inestimables pour réussir : sa ténacité et son investissement enthousiaste. De la persévérance, il lui en a fallu pour maintenir le niveau en L2 « Certaines matières étaient difficiles pour moi et j’ai dû beaucoup travailler, m’accrocher, apprendre à demander de l’aide ! Il y a une grande solidarité entre les étudiants ».
Dès son arrivée dans l’école, Emmanuel s’engage : au Bureau des élèves (BDE) en 2e année « Un bon moyen de s’intégrer, d’être au cœur de la vie étudiante et d’avoir des relations avec la direction » ; dans l’association Melting Paysage en 3e année dont l’objectif est de promouvoir le paysage et le métier d’ingénieur paysagiste. Il en assure d’ailleurs la présidence durant un an. Emmanuel participe aussi à la rédaction de Presse Agrumes, le journal des étudiants du campus d’Angers et se présente aux élections étudiantes du Conseil de l’enseignement et de la vie étudiante (CEVE). Élu 3 années de suite, il apprécie « ce regard sur la formation et les réformes engagées ainsi que son rôle de médiateur entre l’administration et les étudiants ».
Son plus beau souvenir, sa participation à la 18e Expo Flo en 2014, un événement qui mobilise tous les deux ans les élèves-ingénieurs en horticulture et paysage d’AGROCAMPUS OUEST et transforme l’école en un vaste jardin extraordinaire « Avec 2 autres étudiantes, j’ai décoré tout le 2e étage et participé au défilé végétal. C’était formidable ! On nous laisse les clés de la maison : la confiance de l’école est totale ! ».

Végétaliser l’espace

Des engagements étudiants qui s’ajoutent à des expériences de stages tout aussi professionnalisants.
En L2, il part 1 mois en Angleterre pour un stage ouvrier dans une serre. En L3, le bureau d’études bordelais Friche & Cheap, un collectif de 3 paysagistes, l’engage pour 3 mois. L’occasion pour Emmanuel de travailler sur des projets urbains pour revégétaliser la ville. En M1, ayant opté pour la spécialité paysage, il passe 3 mois en Belgique dans le parc naturel de Gaume. Sa mission : réaliser un état des lieux paysagers et établir les caractéristiques de l’espace. Emmanuel parcourt plus de 500 kms, prend près de 900 photos, travaille en autonomie, rédige un rapport pour le Parc et prend confiance ! Ce stage lui permet aussi de confirmer son choix de spécialisation : la maîtrise d’œuvre et ingénierie.
Sa dernière année, Emmanuel la vit comme un détachement progressif de l’école pour « laisser la place aux autres ». Son dynamisme, il l’investit en participant au concours des Entrepreneuriales 2016 qui propose aux étudiants des établissements d’enseignement supérieur et des universités de participer à un programme d'entraînement terrain à la création d'entreprise. Avec 3 autres élèves-ingénieurs d’AGROCAMPUS OUEST et un 4e étudiant en formation à la CCI Pierre Cointreau, il monte le projet de création d’univers végétalisés éphémères Green Blow.
Leur concept : proposer un système clef en main pour mettre en avant un produit, une marque, un lieu en utilisant le végétal et les tendances actuelles comme levier et scénographier les espaces de manière originale. « Nous avons élaboré un business plan, un business model et un pitch vidéo. Nous avons aussi accompagné les organisateurs dans l’aménagement végétal du forum du Quai, à l’occasion de la cérémonie de remise des prix » explique Emmanuel prêt à s’envoler dans l’univers professionnel.

L’avenir, Emmanuel le voit avec sérénité « Le réseau d’AGROCAMPUS OUEST est une mine d’or et le milieu du paysage très petit ». L’univers de ses possibles est vaste : responsable d’un service espace vert dans le public, chargé d’affaires, à la tête de son entreprise, enseignant dans un lycée horticole en fin de carrière…

 

Tanguy, président de l'Expo Flo 

Tanguy, président de l'Expo Flo

« Quel changement en comparaison aux années du Lycée ! », explique-t-il. L’effervescence de cette grande fête, n’a pas d’égal : « J’ai été très impressionné par l’ampleur de l’événement et par le fait que tout le monde soit actif et motivé ». Cette association réunit tous les étudiants du campus d’Angers. Certains sont chargés de missions spécifiques. D’autres apportent leur aide ponctuelle au cours des 2 ans de préparation. L’administration et le personnel de l’école contribuent aussi et leur bienveillance est précieuse pendant la mise en place de ces 3 jours de fête.

Pour Tanguy, c’est pendant l’édition précédente que tout s’est joué. « L’ancien président, Olivier Dufaure, m’a convaincu de me présenter à sa place pour la 19e édition. Il me tenait à cœur de reprendre le flambeau pour voir perdurer un projet mis en place il y a 37 ans ».

Un rôle de chef d’orchestre

Déjà au lycée l’associatif intéressait Tanguy. Il souhaitait s’investir dans la vie de l’école. « Je ne savais pas par quel moyen mais l’Expo Flo a été l’occasion. Ce poste à responsabilité me permet de développer de nombreuses compétences importantes pour mon avenir professionnel et qui ne s’apprennent pas en cours ». Quelques exemples : suivre le travail des équipes dans tous les secteurs, organiser et animer des réunions, gérer les relations professionnelles et partenariales avec les structures extérieures, négocier, argumenter et être le porte-parole de tous les étudiants. « Défendre l’intérêt de 400 étudiants et de 7000 visiteurs sans mettre en avant son opinion personnelle ce n’est pas toujours facile mais très formateur. Le côté législation d’une association n’est pas non plus évident. Comprendre les normes budgétaires, les statuts, les aspects sécurité d’un événementiel…. », précise Tanguy.

Presque une vocation

Etre le président implique beaucoup de sollicitation « Tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne se rend pas vraiment compte de ce que ça représente, heureusement sans doute ». Au-delà des compétences, Tanguy apprend beaucoup : être diplomate mais ferme dans la prise de décision même avec ses amis, travailler à distance avec les étudiants en Erasmus, se rendre disponible pour tous et transmettre aux "nouveaux" l’envie de s’investir, persévérer face aux difficultés.
Selon Tanguy, la notion de "Transmission" est indispensable à la réussite de l’événement. Que ce soit dans l’esprit et la culture portés par l’Expo Flo et dans les outils d’aide à la réalisation et la planification d’un bureau organisateur à l’autre. « Ce qui compte c’est le résultat final », alors rendez-vous les 18, 19, 20 mars 2016 sur le campus d’Angers d’AGROCAMPUS OUEST pour semer la Zizanie !

Pour tout savoir sur l'Expo Flo : http://expoflo.free.fr/

photo-laure

Laure, la passion du végétal

Aujourd’hui conductrice de travaux à Berlin, Laure a construit son projet professionnel et personnel avec l’international pour fil rouge.

Quand Laure intègre AGROCAMPUS OUEST, son objectif est clair : elle souhaite devenir commerciale en horticulture. Pourtant, au moment de choisir sa spécialité, son intérêt pour les questions sociales et environnementales l’incite à poursuivre le cursus paysage. Elle choisit de compléter son profil par un double diplôme à l’Université de Sciences Appliquées de Freising en Allemagne, partenaire d’AGROCAMPUS OUEST. Diplômée en 2008, Laure est confrontée à une conjoncture économique peu favorable à la recherche d’emploi. Le dépôt de quelques CV sur le Salon du Végétal porte cependant ses fruits : une pépinière allemande, l’entreprise BRUNS, la repère et la recrute pour 1 an en tant que commerciale pour l’export français. Cette première expérience, tournée vers l’horticulture, assoit sa double compétence et conforte son envie de travailler à l’international.
Elle est ensuite embauchée en tant qu’acheteuse de végétaux en Floride pour un projet d’hôtel de luxe aux Caraïbes. Elle suit le projet de chantier de A à Z en contact direct avec les fournisseurs américains. Les journées sont longues et le travail exigeant mais elle acquiert peu à peu sa légitimité dans un milieu où les femmes sont peu nombreuses. A peine rentrée en France, elle ne souhaite qu’une chose : repartir ! Tiraillée entre ses compétences techniques en horticulture et sa passion pour la conception d’espaces paysagers, elle hésite sur l’orientation à donner à sa carrière. Son attirance pour l’Allemagne, pays dans lequel elle a déjà réalisé 4 stages et son premier emploi, la pousse à surfer sur le site de l’UNEP, version allemande (Galabau) où elle postule à une offre de conducteur de travaux chez l’entrepreneur paysagiste Alpina, à Berlin. Malgré son profil junior, elle décroche le poste et se voit confier des missions variées et stimulantes : conduite de travaux, conception et entretien de jardins, management d’équipe (entre 10 à 20 personnes), organisation et suivi de chantier, analyse financière, ou encore communication graphique… Très satisfaite de son travail, elle est toujours en quête de challenges, et espère, entre autres, un jour se voir confier la conception d’un jardin dans lequel elle puisse exprimer sa créativité librement et sans limite !


Quelques années après l’obtention de son diplôme d’ingénieur AGROCAMPUS OUEST, Laure est persuadée que la formation multidisciplinaire dont elle a bénéficié à AGROCAMPUS OUEST est un véritable atout dans la vie professionnelle : « même les cours très spécialisés comme l’hydraulique ou la mécanique peuvent être utiles a posteriori ! ». Selon elle, partir travailler à l’étranger dès la sortie de l’école est un véritable tremplin en début de carrière car « la suite ne réservera plus cette même liberté ». Elle ajoute que pour une insertion professionnelle réussie, à laquelle contribue grandement le soutien des proches, « il faut réfléchir sa carrière, cultiver son réseau, profiter des stages, oser et se surpasser ! »

 dorota

Dorota, étudiante polonaise en paysage

Dynamique étudiante de nationalité polonaise, Dorota a passé une année à AGROCAMPUS OUEST Centre d’Angers en master 1 Paysage dans le cadre du programme Erasmus.

Etudiante à l’Université en sciences du vivant de Varsovie, Dorota suit une formation d’ingénieur-architecte paysagiste lorsqu’elle choisit de venir passer une année d’études en France pour améliorer son français et s’immerger dans la culture française. A AGROCAMPUS OUEST, elle découvre une approche plus scientifique du paysage que ce qu’elle avait connu jusqu’alors qui était plus artistique.

ERASMUS ou l’expérience de l’immersion totale


Dorota n’a pas connu la barrière de la langue : avant son arrivée, elle possédait un très bon niveau de français, qu’elle devait aux 18h de cours par semaine suivis au lycée, qui a facilité son intégration. En revanche, elle a dû s’adapter à des modes d’organisation nouveaux et à des pratiques pédagogiques différentes. « Au début, je me débrouillais toute seule tout le temps et pour tout. J’ai eu beaucoup de mal à comprendre le fonctionnement du système éducatif français notamment ce qui concerne la procédure des évaluations… mais après quelques semaines et des rencontres, je me suis sentie intégrée ! ».

Au cours de cette année d’études, Dorota a particulièrement apprécié l’« Initiation à la démarche, projet », une activité pédagogique originale conduite en lien avec des professionnels, que Dorota considère comme « sa première expérience professionnelle ». Au sein de son équipe projet, elle a pu valoriser la dimension artistique et créative de son profil et ses compétences graphiques.
Dorota a également participé à l’édition 2012 de l’Expo Flo, un événement grand public organisé par les élèves-ingénieurs en horticulture et paysage d’AGROCAMPUS OUEST et attirant tous les deux ans 7000 visiteurs : les étudiants en programme Erasmus se sont rassemblés pour concevoir et réaliser un jardin original sur le thème de l’Allemagne.

Avant de retourner en Pologne pour valider son diplôme d’ingénieur-architecte paysagiste, Dorota effectue un stage de 5 mois au sein d’un cabinet d’études parisien. Elle travaille sur des projets de paysage variés au travers desquels elle met à profit ses compétences artistiques et scientifiques. Elle aurait souhaité poursuivre en master 2 à AGROCAMPUS OUEST mais le programme Erasmus ne propose que des séjours de 1 ou 2 semestres au total.
Dorota vit donc pleinement ses derniers mois en France en colocation avec une camarade de promo. Car, Erasmus, c’est également une expérience humaine. Ouverte et dynamique, Dorota a rapidement tissé de véritables liens d’amitiés avec ses camarades de promo avec qui elle compte bien rester en contact.

 gilles

Gilles, paysage et collectivités

Diplômé ingénieur en paysage en 2011, Gilles a un objectif professionnel clair : travailler au sein d’une collectivité territoriale sur des projets de paysages urbains associant au quotidien maitrise d’oeuvre et d’ouvrage.

D’origine lyonnaise, Gilles choisit AGROCAMPUS OUEST pour sa formation généraliste et intègre l’école par le concours C2, après avoir obtenu un DUT « hygiène, sécurité, environnement ». En dernière année de spécialisation, il choisit l’option MOI (Maitrise d’oeuvre et ingénierie), qui forme des ingénieurs paysagistes capables de concevoir et de réaliser dans sa totalité un projet de paysage. Il effectue son stage de fin d’études à la Ville de Lyon où il intègre le Pôle Aménagement des Paysages Urbains. Avant même la fin de son stage, il décroche le poste de Chef de Projet Aménagements Paysagers à la Ville de Villeurbanne. Ses missions lui permettent d’allier maitrise d’oeuvre (conception d’espace public, rédaction de DCE, conduite et suivi de chantier) et maitrise d’ouvrage (études de faisabilité, rédaction des programmes, suivi des opérations…), ce qui correspond pleinement à son projet professionnel et à son goût pour la diversité des missions.

Dès sa première expérience professionnelle, Gilles a mis à profit les compétences multidisciplinaires acquises au cours de sa formation (sciences biologiques et agronomiques, sciences de l’ingénieur, sciences économiques, humaines et sociales). En revanche, l’acquisition de compétences techniques a été un peu plus longue car « ce sont des choses qui s’apprennent sur le terrain ! » et rien ne remplace la pratique au quotidien.
La variété des projets sur lesquels Gilles travaille, tels le réaménagement d’allées d’un cimetière, l’aménagement d’une crèche, la conception et la rénovation de parcs, font en effet appel à un large panel de compétences dans le domaine du végétal, certes, mais également de l’électricité l’éclairage, l’arrosage, la maçonnerie, la serrurerie… Sur les projets urbains, il travaille très en lien avec les élus et les agents de terrain tout en tenant compte des souhaits des citoyens qui font remonter les besoins de revalorisation du patrimoine via une plate-forme web.

A la Ville de Lyon et à la Ville de Villeurbanne, Gilles a découvert les spécificités d’un poste en collectivité territoriale : la maitrise des marchés publics, les questions budgétaires et réglementaires mais également les enjeux politiques et sociétaux liés aux projets d’aménagement. Ce qui le conforte dans son envie de passer le concours d’ingénieur de la fonction publique territoriale.

Recherche & Innovation

À AGROCAMPUS OUEST, l'interaction naturelle entre la recherche et l'enseignement constitue un atout majeur pour les étudiants :
• les enseignants, tous enseignants-chercheurs, entretiennent des collaborations avec les meilleures équipes à l'échelle européenne et internationale
• la formation est fortement adossée à l'ensemble des dispositifs de recherche et unités labellisées auxquels participe AGROCAMPUS OUEST : les avancées de la recherche nourrissent les processus d'innovation et irriguent les enseignements
• les stages en laboratoire de recherche, en France ou à l'étranger, font partie intégrante du cursus
• l'établissement dispose d'outils d'innovation et de transfert technologique, de plateformes expérimentales et d'un domaine pédagogique et expérimental de 12ha.

Se professionaliser

Le professionnalisme s'acquiert au contact des professionnels. Afin de préparer au mieux l'intégration professionnelle de ses élèves-ingénieurs en veillant à répondre aux attentes des employeurs, AGROCAMPUS OUEST accompagne ses étudiants tout au long de leur cursus dans leur projet personnel et professionnel.

 

Des stages

Pouvant aller jusqu'à une période de 18 mois, les stages se déroulent en France ou à l'étranger aussi bien dans des entreprises de production ou de service, que dans des organismes de recherche et des bureaux d'études.

Des projets

Les projets menés par des étudiants sont de véritables prestations de services pour des commanditaires. Ils garantissent l'apprentissage méthodologique de la conduite de projet et apprennent aux étudiants à évoluer dans le cadre d'une équipe.
Exemple : études de cas, diagnostic de territoire, approches techniques ou projets territoriaux, médiation paysagère.

Végéprojet

Job services, Végéprojet initie les étudiants aux réalités du terrain. En offrant ses services aux professionnels du domaine de l'horticulture et du paysage, elle embauche chaque année depuis 20 ans, entre 20 et 30 étudiants.

Ainsi, la mise en situation professionnelle, l'intervention de professionnels, la visite d'entreprise et les voyages d'études sont autant d'accélérateurs de la professionnalisation.

 

International

Parce que les défis posés à l'aménagement des paysages et la réflexion autour des projets de territoire sont mondiaux, parce que les collaborations dépassent les frontières, AGROCAMPUS OUEST juge primordiale l'internationalisation de ses étudiants.
L'élève-ingénieur en paysage doit ainsi :
-    étudier 2 langues vivantes
-    partir en voyage d’études à l'étranger  
-    réaliser un semestre d'études ou un stage d'au moins 2 mois à l'étranger
AGROCAMPUS OUEST accueille chaque année 8% d'étudiants issus du monde entier.

Max, diplômé ingénieur en paysage

 photo max

 photo max

Max, diplômé ingénieur en paysage

Diplômé AGROCAMPUS OUEST, Max est un étudiant allemand qui a passé 2 ans à AGROCAMPUS OUEST. Il nous raconte la manière dont il a vécu son parcours.

Max a choisi de venir faire son master à AGROCAMPUS OUEST, établissement partenaire de son école, la « Hochschule Weitenstephan » située près de Münich (Allemagne) via le programme ERASMUS.

Très satisfait de ses 4 semestres passés à AGROCAMPUS OUEST, Max a profité de cette expérience pour appréhender le paysage à travers des approches différentes. L'enseignement reçu propose d'aborder la science dans le paysage de manière académique. La place donnée aux productions graphiques au cours des projets est moins importante que dans son école d'origine et c'est ce qui fait la richesse de de cette expérience. « Changer mes habitudes et voir les choses autrement m'a pris au moins un semestre ! »

« Je pense que les étudiants ERASMUS gagnent à étudier à l'étranger et mon expérience à AGROCAMPUS OUEST le confirme. Tout le monde est vraiment gentil. On peut vraiment toujours compter sur quelqu'un, étudiant ou personnel. Pour la langue, ce n'est pas toujours facile les premiers mois mais progressivement on commence à comprendre et on a le sentiment de découvrir une langue, ce qui est très agréable. »
Ces deux années lui ont permis d'améliorer considérablement son niveau de français. « Quand je suis arrivé, je n'étais même pas capable d'acheter un billet pour le cinéma ! » confie-t-il. Il n'a pas eu de difficultés à se faire de nouveaux amis. Le week-end d'intégration, les soirées organisées par les étudiants et la vie en cité universitaire lui ont permis de faciliter son intégration.

 

Débouchés

 Fonctions exercées par les ingénieurs en paysage

Reconnus et appréciés pour leur connaissance du végétal, leur créativité et leur approche critique, les ingénieurs en paysage d'AGROCAMPUS OUEST sont appelés à exercer des activités très diverses dans l'ensemble des secteurs, privé, public ou parapublic, concernés par le paysage et ses mutations.
Leur formation spécialisée leur donne accès aux 4 familles de qualifications et de métiers distingués par les professionnels du paysage :
- la conception de projets de paysage et leur maitrise d'oeuvre opérationnelle
- le conseil de la maitrise d'ouvrage publique, parapublique et privée
- l'animation des politiques publiques de paysage et de patrimoine
- les métiers de l'enseignement supérieur, de la recherche et de la consultance

Profil du jeune diplômé

39%

des élèves-ingénieurs ont un contrat d'embauche avant l'obtention de leur diplôme

88%

des jeunes diplômés sont en activité dans les 6 mois suivant l'obtention de leur diplôme

8%

des jeunes diplômés sont en poste à l'étranger

2,9 mois

Durée moyenne de recherche du 1er emploi

27k€

salaire moyen d'embauche brut annuel ; 32k€ après 5 ans d'expérience (France et étranger)

Coût de la formation

1681 € par an (frais de scolarité 2018-2019).

Possibilité de bénéficier de bourses sur critères sociaux (exonération des droits d'inscription et de contribution de vie étudiante et de campus).