background

Ingénieur agronome

Généraliste des sciences et technologies du vivant, l'ingénieur agronome est un scientifique complet apte à répondre aux grandes questions de société et aux attentes du monde socio-économique. Sa formation pluridisciplinaire lui permet une approche globale et critique des systèmes complexes sur des échelles allant de la cellule au territoire.
Reconnu pour son excellence, le diplôme d'ingénieur agronome donne accès à une multitude de secteurs nécessitant approche critique, créativité et esprit d'entreprise.

Cette formation est dispensée sur le campus de Rennes.

Admissions

Le diplôme se prépare uniquement en formation initiale à temps plein.

Recruté en L3 par les concours nationaux agro-véto (A, B, C, C2), l'ingénieur agronome est formé en 3 ans.

 

Cursus

Semestres 5 et 6

1re année

un an pour construire les bases

Objectifs

L'élève-ingénieur agronome suit une formation générale et intégrative en sciences biologiques et agronomiques, sciences de l'ingénieur, sciences économiques, sociales et de gestion.

Ouverture à de nouveaux champs disciplinaires

Construction du socle de connaissances scientifiques (modules obligatoires et optionnels)

Acquisition de nouveaux outils et méthodes de travail

Semestres 7 et 8

2e année

un an pour maturer son projet professionnel

Objectifs

Le S7 est dit semestre « hors murs » : l'élève-ingénieur effectue un semestre dans une université étrangère et un court stage en entreprise OU fait le choix d'un stage de 6 mois en entreprise ou en laboratoire de recherche, en France ou à l'étranger.

Le S8 conjugue poursuite de la formation générale et ouverture à une spécialisation. Possibilité d'effectuer une année d'études supplémentaire (dite "année interstitielle") sous forme de stages, notamment pour permettre d'approfondir le projet professionnel.

Semestres 9 et 10

3e année

un an pour se spécialiser et développer ses compétences

Objectifs

Le S9 est construit autour de l'approfondissement de la spécialisation. Il inclut des enseignements par modules thématiques comprenant des cours, TD, TP, interventions de professionnels, visites, voyages d'étude. Il laisse une large part aux projets et aux travaux personnels.

Le S10 est constitué du stage de fin d'études, véritable projet d'ingénieur en situation, donnant lieu à la soutenance d'un mémoire. Ce stage est effectué en entreprise ou en laboratoire de recherche, en France ou à l'étranger.

Les 15 parcours de spécialisation

Formé aux grands enjeux du vivant et de l'environnement, l'élève-ingénieur agronome est appelé à développer, à partir de la 2e année, des compétences spécialisées.
En fonction de son projet professionnel, il peut choisir une spécialisation :
• proposée par AGROCAMPUS OUEST
• couplée à un master cohabilité avec les partenaires universitaires d’AGROCAMPUS OUEST
• proposée par un établissement partenaire du réseau de l'enseignement supérieur agronomique

01 Agroecology

01 Agroecology

Agroecology

L’agroécologie est l’une des voies qui devraient permettre d’inventer un nouveau système agricole fondé sur l’articulation entre les sciences agronomiques, écologiques et sociales.

La spécialisation Agroecology, dont les enseignements sont intégralement réalisés en anglais, forme des ingénieurs capables de concilier agriculture et biodiversité, de mieux adapter les agro-écosystèmes aux ressources naturelles et à l’équilibre des territoires, et ce, dans un contexte économique parfois incertain.

The master « Agroecology » focuses on an integrated approach of agronomical, ecological, economic, social and environmental issues supporting an efficient management of natural resources (soil, air, water) and biodiversity at the agroecosystem scale considering the diversity of the socio-economic environments.
All courses are taught in English.

02 Amélioration, production, valorisation du végétal

02 Amélioration, production, valorisation du végétal

Amélioration, production, valorisation du végétal

(Parcours APVV • Master mention Biologie, agrosciences co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST, l’université de Rennes 1 et ONIRIS)

Ce parcours a pour objectif d’intégrer les étudiants dans une solide démarche scientifique et technique en s’appuyant sur des connaissances et sur des outils d’analyse et de réflexion nécessaires à :
. l’évaluation et la valorisation des potentialités biologiques des espèces végétales, de leurs produits et/ou de leurs co-produits, pour des usages alimentaires ou non alimentaires (option Phytochimie, qualité et valeur d'usage - PQVU).
. l’analyse des réponses et des adaptations de la plante et du peuplement végétal aux contraintes du milieu en mobilisant la physiologie moléculaire et la génomique fonctionnelle (option Physiologie moléculaire et adaptations aux stress - PMAS).

En savoir plus

03 Biologie cellulaire, toxicologie

03 Biologie cellulaire, toxicologie

Biologie cellulaire, toxicologie

(Parcours Biologie cellulaire, toxicologie : dynamique de la cellule dans son environnement normal et pathologie • Master mention Biologie moléculaire et cellulaire co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST, et l’université de Rennes 1)

Cette mention de master a pour objectif de former des biologistes cellulaire et moléculaire de haut niveau, préparés à des métiers de la recherche ou R&D dans des instituts de recherche, universités, start-up de biotechnologie ou grands groupes industriels.

Avec ce parcours, l'étudiant/e saura utiliser les stratégies les plus récentes (imagerie, approches biophysiques) pour étudier les cellules et leurs interactions avec leur environnement tissulaire. Il/elle sera familier(ère) des principes de la communication entre une cellule et d'une part son micro-environnement, d'autre part l'ensemble de l'organisme auquel appartient cette cellule.
Ces concepts seront développés dans un contexte sain (communication hormonale, cellules souches, développement...), et dans un contexte pathologique (pathologies tumorales, infectieuses, inflammatoires, réponses à la toxicité de l’environnement...), en lien avec le développement des médicaments.

En savoir plus

04 Écologie fonctionnelle comportementale et évolutive

04 Écologie fonctionnelle comportementale et évolutive

Écologie fonctionnelle comportementale et évolutive

(Parcours EFCE • Master mention Biologie, écologie, évolution co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST, et l’université de Rennes 1)

Basé sur une démarche d’intégration des différents concepts de l’écologie fonctionnelle, de l’écologie comportementale et de l’écologie évolutive, le parcours EFCE forme des spécialistes de haut niveau en écologie, dans les domaines de la gestion des espaces et des ressources naturelles, de la biodiversité et de l'aménagement des territoires. Reconnus au niveau national et international, ils sont capables de s'adapter à l'évolution des besoins en recherche et en expertise.

En savoir plus

Ce parcours est adossé un master international d’écologie (International MAster of Biodiversity Ecology and Evolution - IMABEE).

05 Génétique, biochimie structurale

05 Génétique, biochimie structurale

Génétique, biochimie structurale

(Parcours Génétique, biochimie structurale : acquisition et analyse de données, statistique • Master mention Biologie moléculaire et cellulaire co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST, et l’université de Rennes 1)

Cette mention de master a pour objectif de former des biologistes cellulaire et moléculaire de haut niveau, préparés à des métiers de la recherche ou R&D dans des instituts de recherche, universités, start-up de biotechnologie ou grands groupes industriels.

Avec ce parcours, l'étudiant/e saura utiliser les stratégies les plus récentes (imagerie, approches biophysiques) pour étudier les cellules et leurs interactions avec leur environnement tissulaire. Il/elle sera familier(ère) des principes de la communication entre une cellule et d'une part son micro-environnement, d'autre part l'ensemble de l'organisme auquel appartient cette cellule.

Ces concepts seront développés dans un contexte sain (communication hormonale, cellules souches, développement...), et dans un contexte pathologique (pathologies tumorales, infectieuses, inflammatoires, réponses à la toxicité de l’environnement...), en lien avec le développement des médicaments.

En savoir plus

06 Génie de l'environnement

06 Génie de l'environnement

Génie de l'environnement

Cette spécialisation forme à l'ingénierie environnementale des espaces ruraux et des ressources naturelles (eau, sol), en particulier lorsque les activités agricoles sont concernées.
L'originalité de cette spécialisation tient à l'intégration des sciences sociales et des sciences appliquées à l'agronomie et à l'environnement, afin d'aborder les questions environnementales dans leur globalité.
• option Préservation et aménagement des milieux - écologie quantitative
• option Agriculture durable et développment territorial
• option Sol, eau, hydrosystèmes

En savoir plus

07 Modélisation en écologie

07 Modélisation en écologie

Modélisation en écologie

(Parcours MODE • Master mention Biologie, écologie, évolution co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST, et l’université de Rennes 1)

Ce parcours forme des étudiants issus d'un cursus biologique, informatique ou mathématique, à la démarche intellectuelle et aux techniques de la modélisation. Actuellement, les scientifiques sont confrontés à l'analyse de grandes masses de données soumises à des interactions multiples. Dans ce contexte, les modèles peuvent être un moyen de décrire et de comprendre des phénomènes complexes et la part prise par la modélisation en écologie est croissante.

En savoir plus

08 Politiques et marchés de l'agriculture et des ressources

08 Politiques et marchés de l'agriculture et des ressources

Politiques et marchés de l'agriculture et des ressources

Cette spécialisation forme à l'analyse économique des marchés, des comportements des acteurs et des politiques publiques dans les domaines de l'agriculture, la mer, l’environnement et l’alimentation.
Destinée aux étudiants concernés par le développement économique au Nord et au Sud, l'environnement et la gestion durable des ressources naturelles ou encore la gestion des marchés agricoles, physiques et financiers, cette spécialisation inclut la formation aux techniques quantitatives et de modélisation économique et bio-économique ; elle propose une initiation à la réflexion et à l'argumentation éthiques.

09 Protection des plantes et environnement

09 Protection des plantes et environnement

Protection des plantes et environnement

Cette spécialisation permet d'acquérir les connaissances scientifiques et méthodologiques et les outils de réflexion nécessaires à

- l'analyse des problèmes de protection des cultures au sein des agrosystèmes
- la conception de méthodes de protection innovantes, efficaces et durables
- la prévision des conséquences aux plans économique, environnemental et de la sécurité alimentaire.

Cette spécialisation est conjointe avec Montpellier SupAgro et AgroParistech.

10 Sciences de l'alimentation et management des entreprises

10 Sciences de l'alimentation et management des entreprises

Sciences de l'alimentation et management des entreprises

Cette spécialisation forme à des fonctions d’encadrement et de management dans les filières alimentaires. Différents parcours sont proposés pour développer, en fonction de son projet professionnel, des compétences scientifiques, techniques et managériales spécifiques :

• option "Recherche et développement"
Créer de nouveaux produits alimentaires, formuler des recettes en laboratoire, initier des prototypes d'emballage, tester, valider les cahiers des charges des composants et ingrédients, développer une démarche qualité prenant en compte les contraintes sanitaires, réglementaires, écologiques et économiques.

• option "Production, sécurité alimentaire et environnementale"
Manager des équipes de production pour fabriquer des produits de qualité respectant les contraintes liées à la sécurité alimentaire et aux normes environnementales. Produire, contrôler, expédier les produits fabriqués dans un objectif d'optimisation de la gestion des flux et des coûts.

• option "Science technologie laitères"
Être acteur des métiers du lait en intégrant le contexte économique et stratégique. Gérer la transformation du lait, sur des bases sensorielles et organoleptiques, en une diversité de produits innovants, notamment, de nouveaux ingrédients fonctionnels.

• option" Marketing agroalimentaire"
Contribuer à la création, la transformation, l'amélioration des produits en intégrant les comportements alimentaires, les stratégies de mise en marché de la concurrence, spécialisée ou non, et de la grande distribution.

11 Sciences et ingénierie du végétal

11 Sciences et ingénierie du végétal

Sciences et ingénierie du végétal

Cette spécialisation forme des cadres spécialisés en productions végétales, secteur en pleine mutation qui doit relever des défis majeurs dans une perspective d'agriculture durable.
Pour acquérir une solide démarche scientifique et technique s'appuyant sur des connaissances, des outils d'analyse et de réflexion nécessaires :
- à la gestion des ressources génétiques et à la création de matériels végétaux adaptés aux besoins (option Amélioration des plantes)
- à la production de semences de qualité, à leurs conditions d'obtention et de distribution dans un cadre règlementaire et en tenant compte des droits de propriété intellectuelle (option Semences)
- à la mise au point de méthodes de production durables, innovantes et adaptées au contexte socio-économique des exploitations, des filières et des territoires, (option Ingénierie des agrosystèmes).
- au pilotage des des systèmes de production, de la gestion et du maintien de la qualité, des modes de mise en marché très diversifiés tout en sachant innover et faire évoluer les systèmes horticoles (fruits, légumes, plantes d’ornement), depuis la production (amont) jusqu’à la commercialisation (aval) (option Ingénierie des productions et des produits de l’horticulture)

12 Sciences et ingénierie en production animales

12 Sciences et ingénierie en production animales

Sciences et ingénierie en production animales

La spécialisation propose un enseignement tourné vers les grandes problématiques de l’élevage, (principalement axées sur la physiologie des animaux et le fonctionnement de ces élevages) replacées au sein de leurs environnements (exploitations, filières, territoires, société…).

La concentration des structures professionnelles, publiques, institutionnelles et privées, dans un environnement géographique proche permet une interaction forte entre potentiels employeurs et futurs diplômés. Au cours de la formation, les mises en situation professionnelle sont ainsi favorisées et fréquentes via des modules d'enseignement réalisés en partie ou en totalité sous formes de projets commandités et financés par des partenaires.

13 Sciences halieutiques et aquacoles

13 Sciences halieutiques et aquacoles

Sciences halieutiques et aquacoles

Cette spécialisation permet d'acquérir, à travers une formation pluridisciplinaire, les bases nécessaires à la compréhension de la dynamique des ressources vivantes aquatiques et du fonctionnement des systèmes d'exploitation (pêches et aquacultures) dans tous les environnements aquatiques dans l'optique d'une pêche responsable, d'une aquaculture durable et d'une gestion intégrée des zones côtières.
• option "Ressources et écosystèmes aquatiques"
• option "Production et valorisation halieutique"
• option "Gestion des pêches et des espaces côtiers et continentaux"
• option "Aquaculture"

14 Statistiques appliquées - Sciences des données

14 Statistiques appliquées - Sciences des données

Statistiques appliquées - Sciences des données

Cette spécialisation permet d'acquérir des compétences dans le domaine du traitement et de l’exploitation de l'information : apprendre à la recueillir, la traiter et l'analyser dans son contexte économique (secteur, marché, conjoncture) et technique (monde de l'agronomie et de l'agroalimentaire).
La spécificité principale de cette spécialisation est d'orienter la présentation de méthodes statistiques à large potentiel d'application vers l'acquisition d’un savoir-faire opérationnel.
La double compétence acquise permet aux ingénieurs de s’intégrer dans des équipes pluridisciplinaires à des postes de chargé d’étude dans une société de service, responsable R&D, chargé d’études marketing, responsable d’unité d’analyse sensorielle...

En savoir plus

15 Télédétection et environnement

15 Télédétection et environnement

Télédétection et environnement

(Parcours TELENVI • Master mention Géographie, aménagement, environnement et développement co-accrédité par AGROCAMPUS OUEST et l’université de Rennes 2)

Ce parcours offre une double compétence en agronomie et géo-informatique qui permet de coordonner la production, l'utilisation et la diffusion de données spatiales, de mettre en œuvre des méthodes de traitement d'information spatiale, de développer un système d’information et de gestion de données géographiques et de conduire des projets au sein d'équipes pluridisciplinaires.

En savoir plus

Portraits d'étudiants

Chloé 

Double-diplôme au Brésil : l'expérience de Chloé

Ses 18 mois au Brésil ont orienté sa vie et éclairé ses choix d’élève-ingénieur agronome. Une opportunité que Chloé n’aurait ratée pour rien au monde. Rencontre.

Son enfance passée en Nouvelle-Calédonie et ses deux années de pensionnat en métropole après le collège avaient déjà préparé le terrain. Pourtant, l’idée d’étudier à l’étranger n’avait pas vraiment effleuré son esprit. Elève studieuse, Chloé intègre AGROCAMPUS OUEST en spécialité agronome à Rennes après une prépa BCPST au lycée Lakanal à Sceaux. Sa 1re année n’est pas facile « J’avais du mal à voir ce qui m’intéressait vraiment, du mal à trouver ma place et ma famille était loin, en Nouvelle Calédonie » confie-t-elle. Un jour, Chloé vient assister à la présentation sur les possibilités de double diplôme : une révélation « Les possibilités d’études dans l’hémisphère sud et notamment en Amérique latine m’ont tout de suite attirée. Partir 1 an et demi me permettait aussi de maturer mon projet professionnel encore très flou pour moi ».
Chloé choisit d’aller étudier au Brésil « un pays riche en matière de productions ». Courageuse, elle se lance dans l’apprentissage du portugais qu’elle ne connaît pas mais qu’elle apprend vite grâce aux échanges avec les étudiants brésiliens présents sur le campus rennais. Attirée par les productions animales, elle effectue son stage de fin de L3 dans une exploitation agricole spécialisée dans l’élevage bovin ; puis s’envole en août 2013 pour Botucatu dans l’état de Sao Paulo au Sud-Est du Brésil.

3 semestres passionnants

L’UNESP (Universidade Estadual Paulista), une des meilleures universités brésiliennes, avec qui AGROCAMPUS OUEST a établi des accords de doubles diplômes, constitue désormais son nouvel univers. Elle y suit un semestre en L3 et 2 semestres en M1. Les cours sont tous en portugais « Les 6 premiers mois sont les plus lourds mais le jeu en vaut vraiment la chandelle ! » et Chloé se passionne pour les productions végétales « Les sols, les cultures du maïs, du soja, du riz, de la canne à sucre, du café… leurs cycles de vie, leurs maladies, les productions des pays dans le monde, leurs enjeux m’ont beaucoup intéressée ». Le contrôle est continu ; Chloé valide tous les cours et découvre aussi le pays « Les Brésiliens sont très gentils et accueillants. C’est un pays où il n’y a pas de problème mais toujours des solutions ! Les démarches administratives sont faciles car c’est l’université qui trouve le logement. J’ai partagé une colocation avec 3 Brésiliennes et 1 Espagnole. La vie étudiante est riche et très ouverte sur la ville ».

Une vraie valorisation sur le C.V.

Notre globe trotteuse revient en France en février 2015 et retrouve les M1 agronomes ayant intégré une année après elle. Elle choisit de suivre la spécialisation Sciences et productions végétales avec l’option Ingénierie des agrosystèmes. Sa promotion d’origine étant partie en stage de fin d’études, il lui faut de nouveau faire sa place. Pas toujours facile et pourtant Chloé ne regrette rien : « Le double diplôme est une opportunité incroyable et c’est dommage de passer à côté. C’est une réelle immersion qui laisse le temps de s’intégrer, d’être à l’aise avec la langue, de se faire des amis, de voyager : un vrai plus sur le C.V, bien plus valorisant qu’un Erasmus ou un stage de 6 mois. 18 mois, ça passe si vite ! ».
Son stage de fin d’études chez InVivo AgroSolutions pour travailler sur un réseau national de fermes qui diminuent leur utilisation en produits phytosanitaires, Chloé ne l’a pas choisi par hasard : « Outre le fait que cette coopérative a un pôle végétal, c’est aussi un groupe implanté dans 30 pays ». Car Chloé compte bien repartir à l’étranger ! Le double diplôme lui a ouvert des horizons qui ne sont pas prêts de se refermer.

Élodie 

Élodie et l'animal, toute une histoire

Elle est discrète mais sait très bien où elle va. Elle n’a pas pris la voie classique pour rentrer à AGROCAMPUS OUEST mais sa force tranquille a payé. Son fil directeur : l’animal. Un beau parcours et des prises de responsabilité assumées. Rencontre avec Élodie.

Ses parents agriculteurs en production laitière lui ont peut-être donné le virus, les vaches avec lesquelles elle a grandi aussi ! Car son bac S en poche, Élodie souhaitait un métier en lien avec l’animal. Vétérinaire ? Ingénieur agronome ? Ingénieur en agroalimentaire ? Les possibilités étaient vastes. L’accès aux écoles agro-véto par la voie du concours C lui parait la bonne solution. Elle s’inscrit au BTSA en productions animales au lycée Théodore Monod du Rheu (près de Rennes) suivi d’une année préparatoire post-BTS toujours dans le même lycée. Trois années variées et complémentaires : « Les deux années de BTS sont techniques avec beaucoup de terrain dont trois stages très formateurs. La marche est réelle avec l’année de prépa, beaucoup plus scolaire, mais l’enjeu en vaut la chandelle » confie-t-elle.

Ingénieur agronome : variété et pluridisciplinarité
Admise à AGROCAMPUS OUEST, Élodie avoue avoir été déçue de ne pas avoir Véto. Pourtant, trois ans plus tard, le constat est bien différent : « C’est chouette de pouvoir enfin entrer dans la vie active alors qu’en faisant Véto, il m’aurait fallu encore 2 années de plus avec une charge de travail très forte ! Ici, j’apprécie la pluridisciplinarité et la variété de la formation agronome ; les études sont bien faites et permettent de s’engager dans la vie associative et sportive : des lieux également très riches et formateurs ». Des engagements qu’elle met à profit : trésorière en L3 des InterAgros (manifestation inter-sportive rassemblant 2500 étudiants avec un budget de 250 000 €) organisés en Bretagne cette année-là, responsable de la communication interne au BDE (Bureau des étudiants) puis vice-présidente au cours de son M2.
« Trois prises de responsabilité vraiment très enrichissantes et valorisantes qui m’ont permis de diversifier mes compétences et m’ont fait grandir ».
Ses stages, Élodie les a bien sûr choisis dans le monde animal. A la fin de sa 1re année (L3), elle passe un mois dans une exploitation laitière puis part les cinq premiers mois de son M1 dans un laboratoire de recherche néo-zélandaise pour travailler sur la gestion du pâturage en production ovine cette fois-ci ! Une ouverture inestimable. « J’ai découvert un autre mode d’agriculture avec des très grosses exploitations, une culture très intensive avec beaucoup d’engrais. J’ai amélioré mon niveau d’anglais et visité le pays » raconte enthousiaste, cette bretonne de souche.

Concilier l’animal et l’économie
Quand vient la question du choix de spécialisation, les productions animales semblent l’évidence. Et pourtant, Élodie hésite avec la spé POMAR (Politique et marchés de l’agriculture et des ressources). Les discussions avec les élèves-ingénieurs en M1 et M2, ainsi qu’avec les enseignants, la confortent dans son premier choix mais ses modules optionnels sont en économie.
La troisième et dernière année, celle de la spécialisation, est studieuse et très professionnalisante.
« Il y a beaucoup de rencontres avec les professionnels qui viennent faire des cours, donner des conférences, proposer des sujets d’études. Les enquêtes sur le terrain sont également très formatrices. A la demande de la chambre d’Agriculture de Bretagne, nous avons interviewé
1200 étudiants des lycées agricoles du grand Ouest sur "leur vision du métier de salarié en élevage porcin", élaboré un questionnaire et analysé les données. C’est une année avec beaucoup de méthodologie, de prise de recul. Nous nous sentons bien préparés à la vie professionnelle et cela rend plus confiant ! » Après ce semestre riche et actif, Élodie effectue son stage de fin d’études à la chaire EEA "Entreprises et économie agricole", fruit d’un partenariat entre AGROCAMPUS OUEST et le Crédit Agricole en Bretagne. Sa mission : mettre au point un outil de pilotage économique et financier proposant des leviers d'actions pour réduire les coûts de production en exploitations laitières. Un stage finement trouvé puisqu’il traite des problématiques économiques dans le monde animal. Pour la suite, Élodie se verrait bien chargée de clientèle agricole. A elle de continuer à tirer le fil de la réussite !

Marc 

Marc au coeur des politiques agricoles

Elève-ingénieur agronome et des projets plein la tête, Marc voit son avenir professionnel au service de l’Etat, au cœur des décisions politiques publiques agricoles.

Attiré par les Sciences du vivant, j’ai fait une prépa BCPST au lycée Hoche de Versailles ». Deux longues années, uniquement consacrées aux études, mais surtout de beaux souvenirs : « les cours de biologie étaient passionnants, et l'ambiance à l'internat très bonne; ces moments ont scellé de grandes amitiés ! Aimant la voile et intéressé par l’halieutique, j’étais vraiment content d’être reçu à AGROCAMPUS OUEST ! »

Une vie étudiante intense
En 1re année, Marc découvre combien les matières enseignées sont diverses et réalise à quel point l’univers des possibles est vaste et les choix à faire, nombreux.
Durant l’été, il effectue son 1er stage d’exploitation dans une ferme de vaches laitières bio qui fabrique des fromages, des yaourts et du pain bio dans les Alpes : « moi, le parfait citadin, j’avais enfin un contact avec l’agriculture ! Une première expérience… rustique ! » raconte, rieur, cet amoureux du théâtre et d’aviron. Deux disciplines, arrêtées en prépa mais reprises avec frénésie à son arrivée à Rennes. Sans complexe, il s’improvise metteur en scène et monte, en 3 ans, trois pièces de théâtre dont il peut être fier. Il crée aussi un club aviron sur le campus « nous avons participé 2 fois aux championnats de France. En dernière année, 36 étudiants du campus se sont inscrits à l’initiation. Apprendre aux autres à ramer demande beaucoup d’investissement personnel et de pédagogie mais c’est gratifiant ! ».
Pour son semestre à l’étranger en 2e année, Marc décide de partir en Norvège, près d’Oslo, à la Norwegian University of Life Sciences (NMBU) spécialisée dans les sciences de la vie. L’occasion pour lui de découvrir un pays du nord de l‘Europe, de travailler en groupe avec des étudiants étrangers (un mexicain, un tanzanien…) et se confronter à un nouveau système d'enseignement et une nouvelle culture.

Une palette de missions riche et diversifiée
À son retour, il lui faut choisir sa spécialisation ; la palette est large ! Attiré par l’actualité, les aspects politiques et économiques et les postes décisionnels, il opte pour la spé "Politique et marchés de l’agriculture et des ressources" (POMAR) où « les enseignants sont très proches et à l’écoute ».
Marc effectue son stage de fin d’études à la direction de l’eau et de l’environnement au Conseil général de Seine-et-Marne (77), un département très agricole dont les pratiques traditionnelles ont de lourds impacts sur la nappe d’eau potable parisienne. Sa mission : enquêter auprès d’une trentaine d’agriculteurs pour comprendre les résistances au changement des pratiques agricoles et proposer des leviers d’actions afin de déverrouiller les freins à l’agroécologie : « un projet enthousiasmant dans un univers qui regorge de personnes aux missions passionnantes. Après l’économie, je suis à mi-chemin entre l’agronome pur et le sociologue ! Cela m’encourage à trouver un poste dans les collectivités territoriales même si je ne me ferme aucune porte » confie-t-il, ravi de son choix.

En novembre 2015, Marc recevra son diplôme d’ingénieur agronome d’AGROCAMPUS OUEST et quittera cet univers étudiant qu’il affectionne tant : « j’ai aimé l’ouverture et le bon esprit qui a régné sur le campus pendant ces 3 années. Chaque promotion est bien soudée et fonctionne comme une famille ! Il y a une vraie vie de campus et un bon rapport de confiance avec l’administration ».
Le plongeon dans la vie professionnelle est proche. Un vrai défi ! 

 photo-victoire

Victoire, Product manager aux USA

Ingénieur agronome diplômé en 2010, Victoire a choisi de débuter sa carrière aux Etats-Unis. Au sein de Lactalis USA, elle est aujourd’hui Product Manager, un poste à responsabilité faisant appel à une pluralité de compétences.

Un début de carrière prometteur


C’est un échange professionnel convaincant avec le responsable de la communication de Lactalis France, leader mondial des produits laitiers et partenaire d’AGROCAMPUS OUEST, qui donne à Victoire l’envie de travailler pour ce groupe présent dans 148 pays dans le monde.
Dès lors, cette jeune femme dynamique et ambitieuse met tout en oeuvre pour intégrer le groupe. Elle mobilise notamment les ressources à sa disposition au sein d’AGROCAMPUS OUEST : grâce à la Cellule d’insertion professionnelle, elle contacte un ancien diplôme en poste chez Lactalis aux USA qui la met sur la piste d’une mission d’acheteur à Buffalo (Etats-Unis). L’approche « réseau » s’avère payante : elle est recrutée pour rationaliser le portefeuille «  épices et saveurs » et, notamment, créer de la valeur sur cette catégorie clé pour l’identité des produits de la marque « Rondele » aux Etats-Unis.

La pluralité de ses compétences (techniques, marketing et commerciales), son ouverture d’esprit et son adaptabilité lui permettent de terminer sa mission dans des délais plus courts que prévu ; son potentiel ayant été repéré, on lui propose alors une seconde mission en parallèle de la gestion du portefeuille épices et saveurs : réduire les coûts de la catégorie packaging « Film Flexible » au niveau national sur les 5 usines localisées aux Etats-Unis. Victoire travaille au quotidien en lien avec une grande diversité d’acteurs : les équipes marketing et commerciales mais également les responsables achats, fabrication et qualité ainsi que les fournisseurs. En octobre 2011, Victoire est promue Product Manager dans la division Lactalis Ingrédients avec pour objectif la création de valeur ajoutée sur une nouvelle génération d’ingrédients laitiers (alternatives au sérum, lactose et poudre de lait) encore non utilisée dans les différents secteurs de l’agroalimentaire. De l’expertise technique au développement de produits, en passant par la mise en place de stratégies marketing et commerciales, Victoire manage équipes et budgets, coordonne le projet dans sa globalité et est responsable de son avancée.

Une challengeuse depuis toujours


Ce beau parcours, mené tambour battant, n’est pas le fruit du hasard : « L’élaboration de mon PPP (projet personnel et professionnel) a été pour moi une étape clé ; il m’a permis de déterminer en amont l’orientation que je souhaitais donner à ma carrière, de définir la bonne direction », explique Victoire, convaincue qu’il faut réfléchir son projet professionnel pendant sa formation. « Si on identifie bien ce qu’on aime et ce qu’on veut faire, c’est plus facile de faire des choix, notamment de stages et d’options ».  En dernière année d’école, Victoire, qui avait choisi une spécialisation tournée vers la production et le marketing, a ainsi saisi l’opportunité du double diplôme avec l’Institut de gestion de Rennes (IGR-IAE) pour acquérir des compétences « orientées business » et obtenir, en plus de son diplôme d’ingénieur, un master en administration des entreprises (MAE) reconnu. Elle s’est également beaucoup impliquée dans la vie associative d’AGROCAMPUS OUEST en tant que présidente de deux associations étudiantes (la job services et le gala de promotion). Au cours de ces expériences, elle a été amenée à manager des équipes d’étudiants et à être en contact avec des clients professionnels ; des compétences essentielles dans le poste qu’elle occupe aujourd’hui !

Victoire apprécie les challenges professionnels que le groupe Lactalis lui procure : « l’objectif confié est clair mais je suis vraiment autonome sur la façon de l’atteindre, j’apprends sur le tas et on me fait confiance ». Des challenges qu’à seulement 25 ans, elle n’aurait peut-être pas osé relever en France : « Le fait d’être à l’étranger nous oblige à nous dépasser et à prendre des risques qu’on ne prendrait pas ailleurs », souligne-t-elle, « d’autant plus que le système américain donne pleinement leur chance aux juniors et valorise l’esprit d’entreprise ».

Consulter son CV Linkedin

 photo-jérémie

Jérémie, agronomie et énergies renouvelables

Jérémie, ingénieur agronome diplômé en 2006, dispose d’un profil original marqué par une double compétence : agronomie et énergies renouvelables. Aujourd’hui chargé de projet bioénergie au sein de Solagro, une entreprise associative visant une gestion économe et solidaire des ressources naturelles (énergie, biodiversité, eau, air...), Jérémie contribue à l’amélioration des performances énergétiques et environnementales des exploitations.

De solides bases scientifiques


Jérémie intègre AGROCAMPUS OUEST par le concours A après 2 ans de prépa BCPST au lycée Clémenceau (Nantes). Après avoir hésité entre plusieurs écoles, il fait le choix de venir à Rennes pour son implantation au cœur d’un bassin agricole à la recherche de solutions d’avenir et pour le dynamisme de sa vie associative.
Au cours de son année de spécialisation en « Génie de l’environnement », il acquiert une méthode et des outils d’analyse du territoire qui lui sont aujourd’hui utiles au quotidien. Les stages et les projets menés en lien avec des structures locales sont autant d’occasion de rencontres enrichissantes qui confortent sa volonté de travailler à des solutions d’avenir pour le monde agricole et fondent sa vision basée sur une agriculture durable plutôt que raisonnée.

Du stage d’études au 1er emploi

Recruté chez Solagro à l’issue de son stage de fin d’études, Jérémie a pleinement trouvé sa place au sein de cette association structurée comme un bureau d’études et dotée d’une gouvernance associative.
Sa mission ? Développer des projets en lien avec les énergies renouvelables, notamment des études de faisabilité de méthanisation territoriale.
Jérémie est confiant en l’avenir : les territoires ruraux se sont emparés de la question de la gestion des ressources naturelles et, sur un secteur en plein essor, des profils comme le sien, alliant spécialisation en énergies renouvelables et parfaite connaissance du monde agricole,  sont particulièrement appréciés

 Marion4

Marion et le monde agricole

Originaire du Poitou, Marion n’a pas choisi AGROCAMPUS OUEST par hasard. « Dès le lycée, j’ai eu envie d’être ingénieur agronome, de travailler avec les agriculteurs ». Fervente défenseure de la protection de la nature et de l’environnement, Marion intègre l’école pour sa spécialité Génie de l’Environnement et son ouverture à l’international, après une prépa BCPST à Poitiers et une année à la faculté des sciences de Nantes. Son projet professionnel et personnel, fondé sur des valeurs fortes et construit au cours de sa formation, est clair : elle se destine à des fonctions centrées sur l’accompagnement des producteurs vers des pratiques vertueuses au plan environnemental. Elle juge ces missions de conseil et d’animation essentielles pour répondre aux enjeux cruciaux que sont « nourrir le monde, protéger l’environnement, façonner le paysage… ».

Un projet personnel et professionnel clair


Son diplôme d’ingénieur agronome d’AGROCAMPUS OUEST en poche, Marion rejoint la société TLC, une entreprise qui a pour vocation de développer des micro-filières locales. Sa mission était de mettre en place et d’animer des associations nouant des partenariats durables entre producteurs locaux et grandes surfaces. Puis, Marion travaille en tant que chargée de mission pour le groupement des agriculteurs bio de Loire-Atlantique. L’objectif ? Faire découvrir le bio aux agriculteurs conventionnels et développer des filières locales avec les producteurs adhérents.

Missionnée depuis 2011, par l’Agence de l’eau de Seine-Normandie, Eau de Paris et la Ville de Verneuil-sur-Avre, Marion travaille actuellement sur un bassin de captage d’eau potable classé prioritaire par le Grenelle de l’Environnement. Son rôle est de restaurer la qualité de l’eau des captages, fortement pollués en nitrates et produits phytosanitaires. Elle accompagne les agriculteurs dans la mise en place de systèmes bio, durables et économes en intrants. La concertation avec les acteurs du territoire (collectivités, acteurs agricoles, administration) est essentielle et c’est ce qui la passionne. « Je mets en relation tous les acteurs pour faire avancer les choses et participe activement à ce changement avec les agriculteurs». Marion souhaiterait par la suite travailler encore plus en lien avec les sphères politiques, là où se construisent et se prennent les décisions.

Une formation adaptée


Marion s’appuie tous les jours sur la formation qu’elle a reçue à AGROCAMPUS OUEST : « c’est une formation complète qui nous permet d’acquérir une large palette de compétences. Quand on sort de l’école, on est un peu démuni car on a appris beaucoup de choses mais on n’est pas spécialisé. Etre un généraliste du vivant est en fait une force : on a toutes les clés pour s’adapter rapidement à des postes parfois très différents ». N’étant pas issue du milieu agricole, il lui a fallu faire ses preuves pour trouver sa place dans cet univers, où les femmes sont encore peu nombreuses. Elle retient qu’« on n’a pas le droit à l’erreur, il faut avoir confiance en soi, en ce qu’on est et aux valeurs qu’on porte ». Et tenir le cap.

Recherche & Innovation

À AGROCAMPUS OUEST, l'interaction naturelle entre la recherche et l'enseignement constitue un atout majeur pour les étudiants :
• les enseignants, tous enseignants-chercheurs, entretiennent des collaborations avec les meilleures équipes à l'échelle européenne et internationale
• la formation est fortement adossée à l'ensemble des dispositifs de recherche et unités labellisées auxquels participe AGROCAMPUS OUEST : les avancées de la recherche nourrissent les processus d'innovation et irriguent les enseignements
• les stages en laboratoire de recherche, en France ou à l'étranger, font partie intégrante du cursus
• l'établissement dispose d'outils d'innovation et de transfert technologique et de plateformes expérimentales performants

17% des ingénieurs agronomes d'AGROCAMPUS OUEST choisissent de poursuivre une formation doctorale après l'obtention de leur diplôme.

Se professionaliser

Au travers de mises en situation variées, l'élève-ingénieur mobilise, dans une approche pluridisciplinaire, les compétences scientifiques et techniques acquises en cours et développe une posture professionnelle.

 

Des stages

Du stage en exploitation agricole au stage ingénieur, l'étudiant passe au moins 12 mois en entreprise et/ou en laboratoire de recherche, dont, au minimum 2 mois, à l'étranger. Cette mise en situation professionnelle, sur des thématiques diverses et dans des contextes variés, contribue à rendre immédiatement opérationnels les diplômés d'AGROCAMPUS OUEST.

Des études et des projets

A travers des études socio-économiques territoriales, des activités personnelles (projets scientifiques ou de R&D), le montage d'un projet d'ingénieur sur une problématique pluridisciplinaire, les étudiants apprennent à évoluer dans le cadre d'une équipe et acquièrent des compétences autour de la conduite de projets.

Jobservices

Agrocampus Services, la job service d'AGROCAMPUS OUEST Centre de Rennes, a pour vocation de confier aux élèves des études pour le compte d'entreprises. Ceux-ci peuvent ainsi mettre en pratique toute la gamme des enseignements qu'ils ont reçus. Certains développent un tel esprit d'entreprise qu'ils souhaitent franchir le pas de l'aventure entrepreneuriale : AGROCAMPUS OUEST peut alors les accompagner dans la transformation de leur projet en activité, en intégrant les incubateurs dont il est partenaire.

La formation est également marquée par l'intervention de professionnels dans les enseignements, de conférences, de visites d'entreprises…

International

AGROCAMPUS OUEST a pour ambition de former des cadres mesurant pleinement la dimension internationale de leurs futurs secteurs d'activité.
100% des élèves-ingénieurs effectuent au moins un stage (2 mois minimum) ou un semestre d'études à l'étranger.
L'étude de 2 langues vivantes, dont l'anglais, est obligatoire.
Les enseignants-chercheurs sont tous engagés dans des programmes de recherche européens et internationaux.
AGROCAMPUS OUEST accueille chaque année 8% d'étudiants issus du monde entier.

Clémentine, de Brisbane à Rennes

 

 

Clémentine, de Brisbane à Rennes

" À AGROCAMPUS OUEST, le S7 (semestre 7 ou 1er semestre de la 2e année) est dit « semestre hors murs » : l'ensemble de la promotion se disperse à travers le monde pendant 6 mois, en semestre d'études ou en stage. Nous devons tous passer au minimum 2 mois à l'étranger. J'avais envie de partir loin et seule, de découvrir un nouveau pays et de me prouver à moi-même que j'étais capable de me débrouiller. J'ai donc opté pour un S7 version australienne.

J'ai passé 5 mois à Brisbane, en stage dans un laboratoire du CSIRO, l'équivalent australien de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). J'y ai travaillé sur l'introduction d'un insecte d'Amérique du sud destinée à contrôler une plante invasive. Le sujet était vraiment intéressant et les conditions de travail un peu particulières puisque nous travaillions sous quarantaine. Je me suis très vite faite au mode de vie australien, très détendu, et à des relations professionnelles dénuées de tout jugement, respectant le rythme de chacun, dans une volonté collective d'efficacité.

Partir à l'étranger est évidemment essentiel pour élargir son horizon et son esprit et se sentir parfaitement à l'aise en anglais. Mais la présence à AGROCAMPUS OUEST même, dans un cadre Erasmus, Erasmus mundus ou autre, d'étudiants venus de différents pays contribue également à cette ouverture internationale que l'école revendique.

Cette année, je suis en cours de spécialisation (Génie de l'environnement option Agricultures durables et développement territorial) avec des étudiants américains, canadiens, autrichiens, espagnols et camerounais. Nous sommes d'origines géographiques, de formations et de profils différents mais partageons tous la volonté de contribuer à la préservation de l'environnement. En début d'année, lors des travaux de groupe, la confrontation des points de vue et des méthodes générait des conflits ; quelques semaines plus tard, nous avons appris à nous écouter, à nous comprendre et notre réflexion s'enrichit de la multiplicité des angles d'approche et des regards au plus grand profit de tous, y compris du sujet d'étude ! "

Débouchés

ingénieur agronome - débouchés professionnels

Reconnu pour son excellence, le diplôme d'ingénieur agronome donne accès, dès le premier emploi, à des postes à responsabilité, en dimension internationale, dans une multitude de secteurs : aménagement du territoire, agriculture, agrofourniture (industrie des semences, industrie de l'alimentation animale…), industries agroalimentaires, industries pharmaceutiques, biotechnologies, environnement, distribution, conseil, audit, secteur bancaire, finance, informatique, enseignement, formation, recherche, collectivités territoriales, services de l'Etat, industrie de la parfumerie et de la cosmétique, restauration collective, communication…

Profil du jeune diplômé

36%

des élèves-ingénieurs signent un contrat d'embauche avant l'obtention de leur diplôme

93%

des jeunes diplômés sont en poste 6 mois après la fin de leurs études

13%

des jeunes diplômes sont en poste à l'étranger

26%

des diplômés choisissent de poursuivre leurs études dont 62% en doctorat

2 mois

Durée moyenne de recherche du 1er emploi

28k€

salaire moyen d'embauche brut annuel ; 33k€ après 5 ans d'expérience (France et étranger)

Coût de la formation

1681€ par an (frais de scolarité 2018-2019).

Possibilité de bénéficier de bourses sur critères sociaux (exonération des droits d'inscription et de sécurité sociale).